I'll be back
Get chance and luck

CHAPITRE 3: Le départ

Aller en bas

CHAPITRE 3: Le départ

Message  Levail57 le Lun 4 Fév - 20:08

CHAPITRE 3 : Le départ

Il était très tôt quand Soren se réveilla. Il profita du fait que le soleil était à peine levé pour se préparer au voyage qui s’annonçait rude. Il emporta des provisions et quelques tomes magiques dont un qu’il affectionnait particuliérement: l’ouragan. Il fit ouvrir les portes du château en pensant qu’il était le premier et que les autres allaient mettre un certain temps à venir, mais il se trompa : Stefan était déjà arrivé et s’était appuyé contre le mur de pierre blanche qui était du coté droit de la porte. Le bretteur leva les yeux et senti un sourire naître sur ses lèvres.
-Tu es bien matinal toi, lança Soren d’une voix désagréable.
-Tu m’as dit que nous partirons pour l’aube, alors je suis là depuis le levé du soleil.

Le sage ne lui répondit rien : être seul avec Stefan était aussi terrible pour lui que d’enlever une bouteille d’alcool à un Shinon qui a un peu trop bu. Il s’adossa contre un arbre proche avant de reprendre la parole.
-Pourquoi est-ce que tu nous accompagnes ?
-Dois-je vraiment avoir une bonne raison ? Je n’ai pas le droit d’aider un peu mes anciens compagnons d’arme ?
-Ce n’est pas la vraie raison, tu es là pour revenir sur le sujet des marqués.
-La dernière fois tu m’as dis que tu ne voulais pas vivre dans le désert de Grann, mais en ce moment je te trouve, disons… plus discret que d’habitude. Tu te pose pas mal de question hein ?
Soren grimaça : Depuis quand est-ce que Stefan était si perspicace ?
-Tu ne te trompe pas, mais qu’est-ce que ca peut te faire si je me pose des questions ou pas ?
-Eh bien je détiens peut-être quelques réponses. Après libre à toi de …
-Je veux des réponses, mais pas venant de toi, le coupa le sage.
-Je sais ce que tu ressens, j’en ai vu d’autre avant toi: tu n’as pas confiance en moi parce que tu es comme moi et tu refuse d’avoir un quelconque contact avec les marqués… car ils te dévoileront la vérité et que tu en as peur.

Soren le regarda avec sévérité, c’était effectivement ce qu’il ressentait en quelque sorte, mais, avant qu’il n’ait put répondre quoique ce soit, Shinon arriva et, sans les saluer, se mit à tailler ses flèches. Soren n’avait jamais était aussi heureux de le voir car, à présent, le bretteur ne pouvait plus parler des marqués sans crainte de n’éveiller des soupçons chez l’archer d’élite. Le bretteur du désert se mit donc à astiquer son épée, qu’il avait renommée Lame Katti, avec un chiffon propre. Quant au sage il se plongea dans ses pensées et ils restèrent tout les trois dans cette situation pendant plus de 10 minutes, jusqu’à ce que Mia arriva la mine joyeuse et salua tout le monde d’un signe de la main. Stefan stoppa net son occupation, un sourire amusé sur son visage : il savait à quel point la jeune femme aimait les duels entre amis. Il se redressa et leva son épée vers celle-ci.
-Un petit duel en attendant les autres ? demanda le bretteur.
-Ma foi pourquoi pas ? répondit Mia avec un sourire.
-Je savais que tu ne refuserais pas.

Suite à cet échange de mot, ils passèrent à l’échange de coup dans un duel assez intense. On sentait qu’au début Stefan se modérait, mais il se rendit très vite compte que cela fut une erreur lorsque Mia avait presque réussi à le désarmer avec un coup diagonal qui avait fait vibrer la Lame Katti jusqu’au manche. Décidant de passer à la vitesse supérieur il se reprit, fonça sur la bretteuse et lui donna un coup vertical qu’elle réussit à esquiver sans le moindre problème. La bretteuse se décala vers la droite et donna un coup horizontal, mais Stefan avait déjà fait un saut en arrière. Mia continua en lui donnant un coup, vertical cette fois, que Stefan para sans problèmes.
-Tu te débrouille très bien, lui annonça t-il.
-Toi aussi, tu es plutôt bon.
Ils se dégagèrent de leur position et Stefan fut le premier à porter un coup circulaire que Mia para avec un admirable jeu de jambe. Le reste du duel ne fut que coups, parades et esquives. Ce dernier dura plus d’un quart d’heure jusqu’à ce que Mia fit un saut en arrière, esquivant ainsi la Lame Katti qui avait frôlée sa joue.
-Je te propose d’arrêter maintenant : ils ne vont pas tarder à arriver et je déteste être coupé dans mon élan.
-C’est d’accord, mais attention : je ne vais pas en rester là.
- En attendant : tu t’en es très bien sorti bravo, répondit Stefan. Ca se voit que tu t’entraine tout les jours. Et vous comment avez-vous trouvé le duel ? demanda le bretteur aux deux autres.
-A part le fait que l’on aurait plutôt dit une danse qu’un combat vous êtes tous les deux très bon dans votre domaine, les congratula Shinon, toujours à sa manière.
-Et toi Soren comment l’as-tu trouvé ? demanda Mia
-Fait ce que tu veux, mais évite de me demander mon avis, répondit le sage agacé d’avoir été coupé dans ses réflexions.
-Quand va-t-il se décider à être un peu plus aimable ? demanda Stefan d’une voix faussement lasse.
-Un jour nous arriverons à le faire sourire, lui annonça Mia.
-Salut tout le monde.

Ils se retournèrent tous d’un même geste pour voir Nephenie arriver. Elle avait prit pas mal d’équipement avec elle et avait remit son fidèle casque sur la tète.
-Tu sais, Nephenie, nous ne partons pas en guerre, lui annonça Stefan.
-On n’est jamais trop prudent, lui répondit-elle.

Sans plus de cérémonie elle se plaça à coté de Mia et se mit à astiquer sa lance. Cinq minutes plus tard Sothe était arrivé à son tour et leur fit un bref salut de la tète puis, il alla dans un coin isolé et se mit à compter les vivres et l’équipement des autres en silence. Tormod ne tarda pas à venir lui aussi, il salua tout le monde d’un signe de la main puis son regard se posa sur Sothe, les yeux écarquillés de stupeur et son sourire avait disparu de ses lèvres.
-AH ! Sale traite comment as-tu pus me faire ça à moi, s’écria t-il a l’adresse de l’escroc.
-Mais de quoi tu parle ? s’étonna celui-ci.
Tout le monde le regarda avec surprise tandis que le sourire du mage était réapparut sur ses lèvres.
-T’as grandi, t’es beaucoup trop grand même.
Nephenie éclata de rire suite à cette remarque quelque peu insolite.
-J’ai cru que tu allais être plus sérieux que ça, mais finalement tu ne changeras jamais, s’enquit de dire Sothe un léger sourire aux lèvres.
-C’est bien le problème : tu as le même âge que moi et tu fais deux tète de plus que moi, mais fit de tout ça un jour je te rattraperai.

Ils durent attendre pas moins de vingt minutes avant que Rhys n’arriva en compagnie d’un invité surprise. En effet un chat bleu l’accompagnait et, arrivé à leur hauteur, il retrouva sa forme humaine : Ranulf se tenait devant eux. Shinon le regarda avec dégout avant de détourner la tête, bien sûr, tout le monde connaissait son aversion plus que poussif envers les Laguz : il ne pouvait pas les supporter. Soren arriva devant les deux nouveaux arrivants, mais Ranulf prit la parole avant lui :
-Je t’arrête tout de suite, je suis ici car je reviens d’une mission que le Roi Caineghis m’a demandé de faire, j’ai croisé Rhys sur le chemin du retour et il m’a expliqué la situation. J’ai donc décidé de me joindre à vous en vous imposant un petit détour par Gallia, ajouta le Laguz en souriant.
-C’est pas vrai, s’écria Shinon. C’est parfait pour débuter la mission : un détour chez les sous-hu… les Laguz.
-Donc c’est décidé nous ferons une halte à Gallia, est-ce que cela pose problèmes à quelqu’un … a part Shinon? demanda le stratège.

Seul le silence, et le regard noir de l’archer d’élite, lui répondit, ce qui signifiait que personne n’y voyait d’inconvénient.
-Si tu veux mon avis Shinon, lui expliqua Stefan. Nous ne pourrons pas aller à Gallia aujourd’hui.
-Et pourquoi tu dis cela ? demanda Nephenie.
-Parce qu’il va beaucoup pleuvoir… dans très peu de temps, répondit simplement le bretteur du désert qui regardait le ciel.
-Pff, comment tu peux dire cela ? Y a pas même l’ombre d’un nuage dans le ciel, répondit Shinon de très mauvaise humeur.
-Attend et tu verras.

Mais le groupe eût tout le temps de se rendre compte de la véracité des paroles du bretteur lorsque quelques heures après, à la frontière entre Crimea et Gallia, au alentour de midi, ils eurent le plaisir de se faire rincer par une pluie presque diluvienne. Sur les conseils de Sothe ils s’engouffrèrent dans une taverne, dont ils eurent la surprise de découvrir qu’elle appartenait à Calil.
-Comment tu as su qu’on allait se prendre cette averse avant qu’il n’y ait des nuages ? demanda Soren de mauvaise humeur.
-Ca je ne peux pas te le dire en public, répondit simplement Stefan avec un sourire.
Ranulf s’empressa d’aller voir Largo pour lui expliquer la situation :
-Tu vois pourquoi nous devons passer la nuit dans la taverne ? Et excuse-nous pour le dérangement, ajouta le Laguz une fois qu’il avait fait un bref compte rendu au maître des lieux.
-Pas de problème Ranulf, restez ici autant que vous voulez, ça fait toujours plaisir de recevoir des invités tels que vous. Et comme sans vous nous n’aurions pas pu gagner la guerre tout est gratuit, annonça Largo de bonne humeur.
-Merci beaucoup Largo.

Le Laguz regarda à travers la fenêtre qui donnait sur le déluge qui se précipitait dehors, soupira et alla s’asseoir à la table du groupe venant de Crimea. Ledit groupe passa le reste de la journée dans la taverne, la tempête dehors ne faiblissait pas, au contraire elle paraissait s’aggraver. Au bout d’un moment des coups de tonnerre proche se firent entendre.
-Je n’avais pas prévus à ce que la tempête soit aussi puissante, annonça Stefan.
-Comment tu as pus la prédire ? l’interrogea Mia.
-Je l’ai senti arriver on va dire, répondit simplement le bretteur.
Mia le regarda avec étonnement : que voulait-il dire par senti arriver ? Est-ce qu’il plaisantait ? Mais avant qu’elle ait pu lui poser la question la porte de la taverne s’ouvrit laissant apparaître un Sothe trempé jusqu’aux os.
-La tempête n’éclate pas seulement à Crimea, d’après ce que j’ai pus entendre, à Gallia aussi elle se fait sentir.
-Et à ton avis cette tempête s’arrêtera quand ? lui demanda Tormod. Et pourquoi t’es allé enquêter là-dessus ?
-Comment veux tu que je le sache, répondit Sothe en faisant fit de la deuxième question. Le mieux à faire et de rester ici et d’attendre jusqu'à demain.

Les heures passèrent tandis que le temps était toujours gris et pluvieux et bientôt il fallait aller se reposer. Une fois le soir arrivé, ils devaient se répartirent en groupe de deux car il n’y a pas assez de chambre.
-Bon il y aura tout de même un chanceux qui pourra dormir seul, déclara le mage de feu avec son éternel sourire aux lèvres après avoir demandé à Largo combien de chambre il restait.
-La question est : qui est dérangé de partager sa chambre avec quelqu’un d’autre ?
Shinon fut le seul à lever la main, comme le reste du groupe s’y était attendu avant même que le stratège n’avait posé la question.

A la table du fond deux chevaliers, un en tenue de voyageur bleue l’autre avec la même tenue mais rouge, un petit peu bourrés demandèrent à Largo :
-Deux verres pour la route s’il te plait.
-Qu’on se détende !
-Ouai on n’est pas des chevaux de trait.
-Pourquoi t’as dit cela ?
-C’est une métaphore.
Le chevalier aux vêtements rouge regarda celui aux vêtements bleu et dit, au bout d’un moment :
-Ouai c’est pas faux.
-Tout juste.
-De toute façon c’est le dernier : il ne faudrait pas que le général Geoffrey, ni la nouvelle, nous trouve ici.
-Ce sont deux chevalier de Crimea, ils viennent tous les jours, expliqua Largo au groupe de Soren.
-Ils viennent vraiment TOUS LES JOURS ? s’exclama Nephenie.
-Oui il n’y a pas un jour où on ne les voit pas, autant dire qu’ils sont devenus très populaire par ici. Le plus drôle c’est qu’ils font partit de l’armée royale de Crimea.
-Pour des chevaliers royaux je trouve qu’ils se laissent un peu trop vivre.
-Tu as sans doute raison. En parlant d’eux, vous savez à qui ils voulaient faire référence en parlant de la nouvelle ?
-Aucune idée, répondit Soren en se rappelant vaguement la jeune fille qui l’avait bousculé la veille. Qu’importe après tout.

Il était assez tôt lorsqu’ils décidèrent d’aller se coucher. Soren était déjà dans sa chambre lorsque Rhys entra à son tour et posa ses affaires sur un des deux lits de la pièce.
-Nous allons partager la même chambre on dirait.
-Très bien, soupira Soren.
Lui qui avait voulut être tranquille cette nuit n’était pas si mal chanceux que ça : Rhys savait se tenir tranquille lorsque qu’il le fallait. Soren s’endormit assez vite, sans prêter attention aux grands cris de Shinon qui s’exclamait:
-TU PARS TOUT DE SUITE OU JE TE DECOCHE UNE FLECHE A L’ENDROIT OU JE PENSE.
-T’es même pas capable de le faire, lança Tormod qui éclata littéralement de rire devant la réaction plutôt surprenante de l’archer d’élite
-CONTINU A ME CHERCHER ET TU VAS ME TROUVER.
-Même pas peur, lança Tormod avant de prendre ses jambes à son coup devant les multiples projectiles que lui envoya Shinon dont un vase et une flèche qui lui frôla l’arrière train.
Ayant enfin décidé de laisser l’archer d’élite tranquille le mage de feu alla rejoindre sa chambre en compagnie de Sothe. Les deux compères, conscient que la journée de demain serai plus rude que celle-ci, décidèrent d’aller ce coucher. De ce fait ils n’échangèrent pas une parole et s’endormirent, eux aussi, assez vite.

Stefan poussa la porte de sa chambre, épuisé et à moitié endormit lorsqu’il s’arrêta net, devant lui Mia était en train de se brosser ses longs cheveux mauve. Ne s’attendant pas à être le dernier arrivé, il s’approcha sans faire de bruit, ne voulant pas la déranger, mais lorsqu’il posa son épée sur sa table de chevet cette dernière glissa et tomba au sol en faisant un grand bruit. La bretteuse, surprise par le bruit, sursauta et se retourna vivement pour dévisager un Stefan à la mine désolé et fatigué.
-Ah c’est toi, fit la bretteuse soulagée. Tu aurais pu quand même me prévenir.
-Je suis désolé, je ne voulais pas te déranger ni faire tout ce bruit.
-Ce n’est pas grave.
Stefan sortit de sa poche droite un petit sac de velours noir et en sortit une poudre brillante et noire. Il l’appliqua sur son chiffon et se mit à astiquer la lame Katti qui se mit à briller en quelques secondes.
-Qu’est ce que c’est ? demanda Mia intriguée.
-C’est une poudre spéciale très rare qui n’est fabriquée que dans mon village, elle nettoie les épées avec une grande efficacité, expliqua le bretteur. Essaie tu vas être étonnée, lui dit-il en lui lançant le sac. Garde-le, j’en ai un deuxième.
-Merci, lui dit-elle simplement en attrapant le sac en plein vol.
Elle astiqua une partie de son épée avec un chiffon sur lequel elle y avait mit la poudre et fut étonné du résultat : la partie qui n’avait pas encore était nettoyée paraissait presque grise comparé à la partie nettoyée avec la poudre.
-Woua ! s’exclama t-elle. En effet c’est très efficace, merci Stefan. Ca fait longtemps que je ne l’avais pas vue dans cet état.
-Il n’y a pas de quoi.
C’est dans cette ambiance meilleure que celle des autres que les deux bretteurs s’endormirent, sachant eux aussi que, durant le jour qui allait suivre, Soren n’allait sans doute pas hésiter à leur faire rattraper le retard accumulé d’aujourd’hui.
avatar
Levail57
Goinfre sans pareil
Goinfre sans pareil

Messages : 10813
Points : 30034
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 26
Localisation : Dans les plaines, tranquille.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum