I'll be back
Get chance and luck

CHAPITRE 2: Le recrutement (ou entretien d'embauche forcé)

Aller en bas

CHAPITRE 2: Le recrutement (ou entretien d'embauche forcé)

Message  Levail57 le Lun 4 Fév - 20:05

CHAPITRE 2 : Le recrutement

Le lendemain matin, le temps était toujours aussi gris et aussi maussade que l’avait laissé paraître la vieille.
«Et une journée de plus, songea Soren. »
Le sage laissa de coté sa mauvaise humeur et sortit du château. Il détestait ce qu’il s’apprêtait à faire, mais il n’avait pas le choix : il n’allait pas faire cette mission tout seul. Il avait déjà réfléchit sur l’idée de ses compagnons et son choix ne le déplaisait pas : Il avait bien entendu préféré la qualité à la quantité, mais le sage avait tout de même essayé d’avoir un minimum de diversité dans le choix de ses futurs coéquipiers.

C’est en lâchant un profond soupir qu’il se dirigea vers une veille maison faite en pierre : d’après ce qu’il avait pu entendre c’est là où habitait Tormod ces temps-ci. En effet, depuis la dernière guerre le mage feu parcourait Tellius pour essayer de perfectionner son art dans la magie et ce dernier s’était installé il y a peu de temps à Crimea dans l’espoir de profiter de sa vaste bibliothéque.

Soren arriva devant la porte de la maison et y frappa trois fois d’affilés. Quelques secondes plus tard la porte s’ouvrit en laissant apparaître Tormod dans son embrasure. Le gamin que le sage avait connu avait changé : il avait maintenant une bonne dizaine de centimètres en plus et ses cheveux avaient pas mal poussés. Lorsqu’il ouvrit la porte l’expression que portait son visage semblait être assez sérieuse, au grand étonnement du stratège. Au fond de lui il espérait que son interlocuteur avait muri, car il ne supporterait sans doute pas l’humour de Tormod pendant toute la durée de la mission.
-Tien Soren, fit le mage de feu. Que viens-tu faire dans ce coin paumé ? A moins que tu ne veuille juste me demander ta route, lâcha t-il en éclatant de rire.
-Très drôle, je te cherchais justement et…
-Ben me voilà !
-La prochaine fois que tu me coupe, je te lance un sort si puissant que je m’arrangerai pour qu’on te ramasse à la petite cuillère c’est clair, le menaça Soren qui n’était décidément pas d’humeur à plaisanter.
-Oui chef ! Aussi clair que de l’eau de roche.
Le sage eut soudain l’envie de mettre sa menace à exécution, mais il s’en abstenu : il n’avait pas beaucoup de temps devant lui.
-Donc, je te cherchais pour savoir si tu voudrais bien m’accompagner pour accomplir une mission donnée par la reine.
-Combien sommes-nous ?
-Pour l’instant que toi et moi.
-Si c’est pour la Reine évidement que je vais t’accompagner.
-Très bien alors rendez-vous demain aux portes du château à l’aube, déclara Soren.
-Eh attend, tu ne veux même pas boire un petit verre avec ton ancien copain ?
Le sage repartit en levant les yeux au ciel : ça n’allait pas être facile de supporter l’humour de Tormod mais, au moins, ce dernier avait fait beaucoup de progrès depuis qu’il ne l’avait plus revu… enfin il l’espérait.

Les pieds du sage le dirigeaient sans qu’il le sache vraiment, il s’inquiétait maintenant de savoir s’il allait trouver toutes les personnes qu’il recherchait. Toutes ses réflexions ne l’avaient pas fait remarquer qu’il se dirigeait dans la mauvaise direction et quand il fit demi-tour il tomba nez à nez avec Shinon.
-Tient, mais ce ne serait pas notre râleur professionnel ? lâcha Shinon un grand sourire malicieux aux lèvres.
-Si, et apparemment toi tu ne fais pas grand-chose en ce moment n’est-ce pas ?
-J’ai enfin un peu de temps libre, contrairement à toi. Bon je ne vais pas y aller par quatre chemin nous allons devoir nous supporter mutuellement une nouvelle fois.
Soren le regarda avec des yeux ronds comme des billes : Shinon n’était pas sérieux tout de même. Il avait déjà fait ses preuves certes, mais l’idée de voyager avec un cynique pareil le mit très mal à l’aise.
«En même temps, il n’a plus de preuve à faire : tous les archers du château le respectent juste pour ses performances. Je n’avais pas prévu d’emmener d’archer avec moi mais … »
-Très bien, déclara le sage après avoir réfléchit à la question. Rend toi devant le château à l’aube demain matin et tache d’y être, lui ordonna le sage.
-Tu ne proteste même pas ? s’étonna l’archer d’élite.
-Je te prends uniquement parce que tes capacités sont nettement au dessus de la moyenne, s’emporta Soren. Et si tu n’es pas content je vais aller voir quelqu’un d’autre.
-Mais je suis très heureux de refaire équipe avec toi.
Suite à ces paroles l’archer d’élite s’éloigna laissant le sage seul avec ses pensées. Ce dernier lança un profond soupir : tout ce qu’il voulait c’était de retourner au château. Mais il ne pouvait pas s’arrêter là : à trois ils n’allaient pas faire grand chose. Il laissa de coté son agacement et commença à se diriger vers la campagne où il avait bien l’intention de recruter pas mal de personne en une seule fois.

Il avait marché pendant une bonne heure avant d’arriver devant une petite maison dans le même style que celle de Tormod, mais celle-ci semblait un peu plus grande que celle du mage feu. Soren n’était pas venu là par hasard : il savait qu’ici habitait Nephenie. Le stratège toqua à la porte et espéra au fond de lui même qu’elle y été présente : il ne voulait pas refaire le chemin inverse pour espérer la trouver, mais ses craintes se dissipèrent bien vite lorsqu’il vit la porte s’ouvrir laissant apparaître la jeune femme dans son embrasure. Il vit que, pendant ces deux dernières années, elle s’était quelque peu amincie et avait donc gagné un ou deux centimètres et ses cheveux vert lui retombait jusqu’au bas du dos à présent. Elle portait une élégante robe d’un vert bleuté qui lui allait à merveille. C’était aussi la première fois qu’il la voyait sans son casque et il devait avouer qu’il la trouvait plutôt jolie. Mais, comme à son habitude, Soren ne laissa rien paraître.

-Tien Soren, s’étonna Nephenie. Qu’est-ce que tu viens faire ici ?
-Est-ce que tu as une minute à m’accorder ? lui demanda le sage.
-Bien sûr, entre.
-Je n’ai pas le temps. Je voudrais savoir si tu voulais bien venir pour une mission venant de la reine.
-Eh bien euh… je ne pensais pas reprendre du service…
-Ne te sens pas obligée, mais tous les mercenaires ne sont pas disponible. C’est pourquoi je suis venu te voir.
-Si c’est pour ma patrie et la Reine je suppose que je peux reprendre les armes sans problème.
-Bien dans ce cas rendez-vous demain à l’aube devant la porte du château, annonça le stratège soulagé par la réponse de la jeune femme.
-J’y serai, ne tant fais pas.
Le stratège la remercia d’un signe de tète et s’en alla. Sur le chemin il fut étonné de voir à quel point la Reine Elincia, qui pourtant n’été sur le trône que depuis deux ans, suscita déjà le respect parmi la population de Crimea et leurs anciens compagnons d’armes. Il avait à peine marché depuis cinq minutes qu’une voix l’appela :
-Eh Soren attend !

Le sage soupira, il savait à qui cette voix appartenait et, en effet, lorsqu’il se retourna il vit le visage de Stefan qui rayonnait d’un sourire en coin.
-Alors Soren, on part en mission sans même me prévenir ?
-Tu n’en a rien à faire que je parte ou pas, répliqua le sage.
-Mais non pas du tout, tu sais que je ferais tout pour aider un confrère…
-Je t’interdis de m’appeler comme ça, le menaça Soren en serrant les dents. Et d’ailleurs de quoi tu parle ?
-Je pars avec toi et les autres que tu le veuille ou non. Et ne cherche pas à nier : on m’a déjà prévenu que tu avais besoin de monde.
Soren aurait voulut protester, mais il était bien trop abasourdi pour cela :
« D’où tient-il toutes ses informations ? »
Il n’avait pas l’intention de supporter Tormod, Shinon ET Stefan pour le voyage, d’autant plus qu’il avait déjà fait son choix et qu’il avait l’intention d’emmener Mia plutôt que Stefan, mais maintenant que pouvait-il faire ? Le bretteur du désert y avait certainement vu une occasion pour accomplir quelque chose qu’il n’avait pas put faire auparavant et s’il demandait à la Reine, étant donné sa maitrise à l’épée, elle accepterait sans doute.
-Alors Soren tu as perdu ta langue ? le questionna le bretteur du désert, un sourire ironique sur les lèvres.
-Que se soit bien clair Stefan, je te prends avec nous UNIQUEMENT pour ta capacité à manier l’épée et si jamais tu me bassine encore sur nos, Soren baissa la voix, origines je t’abandonne !
-Mais c’est très clair.
-Demain, à l’aube devant la porte du château, le coupa le stratège. Et tâche d’être à l’heure, je ne t’attendrai pas.
-Compte sur moi.

Soren s’éloigna sans même l’écouter et sans savoir où il se dirigeait. Il marchait vers un petit village qui se situait en pleine campagne. Ici toutes les maisons se ressemblaient car elles avaient tous été construite, semble-t-il, dans le même modèle, sans doute pour plus de facilité à y loger les habitants d’un village assez important et à la fois relativement petit. Celui-ci était muni d’une place de marché qui faisait le cœur de la ville, on pouvait aisément y voir les différentes routes empruntées par les piétons et tous les commerces étaient disposés l’un à coté de l’autre. Tous ces commerçants essayaient de vendre leur produit divers et variés au milieu d’autre a une foule qui était plutôt abondante. Le sage voulait savoir qui se trouvait là lorsqu’il entendit quelqu’un l’appeler depuis la grande place du marché qui était bondé en cette heure avancée de la mâtiné. En y regardant plus attentivement, tout en se dirigeant vers la place, le sage pouvait apercevoir Mia qui lui faisait signe. Cette dernière était devenue une très belle jeune femme : vêtue d’une longue robe orange, elle aussi s’était laissé pousser les cheveux pour qu’il lui retombe jusqu’au bas du dos et il dût admettre que cela lui allait plutôt bien. Elle avait également gagné quelques centimètres, mais à part tout cela elle était restée la même : toujours aussi enthousiaste, elle avait gardé sa joie de vivre.
-Qu’est ce que tu fais aussi loin de la capitale Soren ? lui demanda-elle. Je te voyais plus à être enfermé à la bibliothéque plutôt que de t’occuper d’affaire en extérieur.
-J’aurais bien voulut rester au chaud, mais la Reine m’a donnée une mission et je recrute des personne pour ne pas à l’avoir à faire tout seul…
-Alors j’embarque, fit-elle toute joyeuse. Etant donné que je n’ai rien d’important à faire ces temps-ci ça ne me dérange pas.
-Il n’y a pas une autre raison par hasard ? demanda le sage qui profitait du fait de pouvoir, enfin, parler avec une personne avec laquelle il n’avait pas eu un seul accrochage depuis qu’il la connaissait.
-En fait, commença Mia un peu hésitante. C’est vrai que j’aurais besoin d’un peu d’argent. Mais c’est surtout pour revoir mes anciens amis que je reviens, déclara la jeune femme d’une humeur plus que joyeuse à cette idée.
-Excellent, alors rendez-vous demain à l’aube devant les portes du château.
-J’y serai, peut-être même avant toi.
-Ca j’en doute, se répliqua Soren qui se prêta au jeu.

A peine avait-il dit ceci qu’il prit déjà congé de la bretteuse et s’enfonça dans le marché. Ne sachant pas trop qui il pourrait trouver d’utile ici il douta de l’utilité de son geste … jusqu’à ce qu’il entendit un marchand moustachu, en salopette et avec un accent venant du sud s’écrier :
-AU VOLEUR ! AU SECOUR ! AU VOLEUR!!!
Soren eût une petite idée de qui il s’agissait, et ses soupçons furent en quelques sortes confirmés lorsque, quelques instants plus tard, Sothe faillit le renverser.
-Attention Sothe, protesta le sage. Je te cherchais justement et…
-Ca te dérangerais de chercher un endroit plus tranquille, ça serait moche si je me faisais repérer après mon larcin.
Le sage acquiesça d’un signe de tète et ils s’engouffrérent discrètement tout les deux au cœur du village jusqu’au moment ou ils trouvèrent une petite ruelle qui semblait vide. Soren se retourna et vit Sothe à la lumière du jour. Il put constater que le jeune homme avait, lui aussi, beaucoup changé aux cours de ces deux dernières années : il avait beaucoup grandi, en tous cas beaucoup plus que tous les autres et l’expression que l’on pouvait lire sur son visage n’en était que plus sérieuse.
-Alors tu voulais me parler ? s’impatienta Sothe.
-Oui je voulais savoir si tu étais intéressé pour nous accompagner pour une mission.
-Quel genre de mission ?
-Je t’expliquerai tout plus tard.
-Qui est avec nous pour cette requête?
-Pour l’instant il y a Tormod, Shinon, Nephenie, Stefan, Mia et moi-même.
L’escroc eu un petit moment de réflexion, Soren l’avait vu lever les yeux au ciel en marmonnant des choses que lui seul pouvait comprendre. Ils se retrouvèrent dans cette situation pendant dix secondes avant que l’escroc ne donna sa réponse :
-D’accord je veux bien venir.
-Dans ce cas rendez-vous demain à l’aube devant les portes du château.
-J’y serais, maintenant si tu veux bien m’excuser je dois prendre congé.
Suite à cela l’escroc regarda d’abord à gauche, puis à droite et se rua vers l’une des sorties de l’allée.
« Bien plus qu’une ou deux personnes et je pourrais rentrer tranquillement au palais, songea Soren. »

Il sortit du village et marcha pendant plus de vingt minutes lorsqu’il arriva devant la plus grande église de Crimea. Celle-ci était haute de plafond et très vaste, laissant à ses visiteurs une liberté de mouvement que l’on ne voyait que trop peu dans ce genre de bâtiment. Le stratège se demandait s’il était bien sage d’impliquer Rhys dans cette histoire, mais il fallait admettre que ses talents de guérisseur surpassaient ceux des autres. Le stratège entra dans la sainte demeure, se glissa parmi les rangées et arriva derrière Rhys. Il lui tapota l’épaule et lui fit signe de s’entretenir ailleurs. Ils entrèrent dans une petite pièce éclairée seulement par la lumière du jour, et pourtant parfaitement lumineuse de part de choix des pierres qui étaient de couleurs blanche. Eclairé comme il le devait Soren pu voir Rhys bien mieux que lorsqu’il était entré : le prêtre n’avait pas beaucoup changé, mis à part le fait qu’il était devenu moins frêle et qu’il tombait moins souvent malade qu’avant.
-Soren, s’étonna celui-ci. Que viens-tu faire ici ? Tu n’es pas venu prier j’imagine ?
-Non en effet je voulais te demander si tu voulais bien nous accompagner pour une mission, expliqua le sage.
-Eh bien, je n’aime pas trop laisser l’église, mais je te dois bien ça.
-Ne te sens pas obligé non plus : tu n’es plus chez les mercenaires depuis un an maintenant il me semble.
-C’est exact, mais je te le dois vraiment et je trouverai bien quelqu’un pour occuper l’église quelques temps alors … j’accepte.
-Parfait dans ce cas rendez-vous demain à l’aube devant les portes du château, déclara Soren qui commençait sérieusement à avoir marre à répéter tout le temps la même chose.

Sans plus de cérémonie le sage quitta l’église et décida de retourner à Mélior. Il était exténué et était bien content que cette journée se finisse. Deux heures plus tard il était presque arrivé lorsqu’il vit une personne qui n’avait pas prévu de croiser aujourd’hui : Zihark. Ce dernier semblait s’agiter dans tous les sens devant une valise à moitié remplie. Soren se dirigea vers lui et l’appela. Le bretteur se retourna et le salua d’un signe tète.
-Zihark, j’aimerai te parler, annonça le stratège.
-D’accord, mais fait vite s’il te plait, répondit celui-ci.
-J’aimerai que tu te joignes à nous pour une mission.
-Ah, eh bien…euh… je suis désolé Soren, mais j’avais prévu de partir demain pour Daien et je risque d’y rester pour un moment ! Ca se passera sans moi.
-D’accord il n’y a aucun problème. Mais je voudrais pouvoir me servir, moi et mon groupe, de ta maison comme base si jamais notre mission tournerait mal si nous sommes à Daien.
-Je serais ravi de vous accueillir, mais je ne peux pas partir avec vous, répondit Zihark d’un air vague.

Ce dernier retourna à ses occupations laissant Soren à ce qu’il avait à faire. Peu de temps après le sage rejoignit le château et s’empressa d’aller informer la reine Elincia du choix qu’il avait fait.

Comme à son habitude il traversa la partie du château qu’il connaissait par cœur et arriva devant le fameux couloir aux peintures accrochées. Il le traversa bien vite et se retrouva quelques secondes plus tard dans la salle du trône devant la Reine Elincia qui fut surprise de la rapidité du sage.
-Soren ? Tu es déjà de retour ?
-Oui, répondit simplement le sage. J’ai déjà recruté des membres pour la mission.
-Toujours aussi rapide, admit la Reine. Quels sont les membres ?
-Nous sommes huit en tout : Tormod, Shinon, Nephenie, Stefan, Mia, Sothe, Rhys et moi-même. Nous partons demain.
-Cela semble suffisant, murmura la monarque plus pour elle-même que pour le sage. Profitez bien de cette journée pour vous préparer tous.
-Nous n’y manquerons pas. Sur ce excusez moi, mais j’ai à faire.
Il tourna les talons et s’avança jusqu'à la porte. Au moment où il voulait mettre la main sur la poignée de la porte, celle-ci s’ouvrit en trombe, manquant de peu de le faire tomber.
-Excusez-moi.
Le sage reprit ses esprits comme il le pu et tourna rapidement la tête vers la direction d’où provenait la voix : c’était une jeune fille de seize ans, d’après ce qu’il vit. Elle était de dos, en train de parler à la Reine, mais on pouvait remarquer sa longue robe de couleur rouge et ses cheveux mauves détachés qui lui descendaient jusqu’au bas des épaules.
«Qui est-ce ? Une nouvelle recrue ? Je ne l’ai jamais vu auparavant… Quelle importance après tout ? J’ai des choses à faire. » Sans ce poser plus de question il se dirigea vers sa chambre, un air las parcourant son visage. Au milieu du chemin il tomba nez à nez avec Ike, ce dernier venait de sortir d’un entrainement particulièrement rude.
-Soren, toi aussi tu as eu une dure journée ? le questionna son ami.
-Ne m’en parle pas : je n’ai même pas eu le temps de souffler.
-Combien vous serez pour demain ?
-Nous sommes huit en tout, il y a, Tormod, Shinon, Nephenie, Stefan, Mia, Sothe, Rhys et moi-même.
-J’aurais bien aimé partir avec vous, mais Elincia m’as donnée un autre travail et je ne peux pas m’absenter trop longtemps du château.
-Ce n’est pas grave ne t’en fais pas.
-Bien, je te laisse alors.

Suite à cela Ike s’en alla laissant son ami plongé dans ses pensées. Soren lui aussi aurait aimé l’idée qu’Ike les accompagne, il se serait sans doute sentit moins seul étant donné que le chef des mercenaires était le seul qui l’avait accepté en sachant la véritable identité du sage. Stefan savait comment s’y prendre étant donné qu’il s’était fait quelques amis parmi les autres, mais est-ce que les marqués avaient le droit de vivre au milieu des autres ? Soren pensait que, tôt ou tard, le destin finira par les rattraper lui et le bretteur du désert. Lâchant un profond soupir il poussa la porte de sa chambre et s’endormit au bout de quelques minutes.
avatar
Levail57
Goinfre sans pareil
Goinfre sans pareil

Messages : 10813
Points : 30034
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 26
Localisation : Dans les plaines, tranquille.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum